Quand le Ngondo fait du gouvernement un prosélyte

3770 vues

publié le 03/12/2013 à 13:00


Le « Ngondo » qui se définirait comme une fête traditionnelle des peuples Sawa (Douala, Bassa, Bakoko, Batanga, Yabassi,...) et qui est tenu chaque mois de décembre au bord du fleuve wouri à Douala gagne de plus en plus du terrain au Cameroun.

Embelli sous l’appellation « fête de la culture sawa », le ngondo n’est rien d’autres qu’une série de sacrifices et d’incantations adressées aux ancêtres et aux esprits des eaux pour soit disant apporter la paix sur le peuple Sawa et sur la nation entière. Comme toute stratégie de prosélytisme bien ficelée, le déroulement de cette « fête » est parsemé d’actions comme des danses et luttes traditionnelles, course à la pirogue, élection miss ngondo et bien d’autres, toutes ces actions n’étant que des appâts pour les avides de spectacle. De ce nombre, la foule de plus d’un millier de personnes que comptaient le Ngondo 2013 n’était pas que les Sawa, c’étaient ici des amis invités, là des curieux…

Le comble de cette tragédie est que sous le prétexte de l’occupation de leur site habituel par la cimenterie en construction du richissime Dangote, les Sawa ont bénéficié des souplesses du gouvernement par l’octroi d’un nouveau site de 10 hectares à Bonabéri tout près du fleuve Wouri et de l’aménagement de ce qui sera appelé « maison de la culture sawa » évalué à un milliard de nos francs. Le financement étant partagé entre Dangote et le gouvernement.

Ce dimanche 1er décembre à la nième édition, on pouvait voir et des membres du gouvernement (délégué, ministre…) et des grandes entreprises du Cameroun comme sponsor, avec en plus une retransmission intégrale et en direct à la télévision camerounaise privée Canal 2. Tout ce déploiement laisse comprendre que les dés sont jetés pour que dans les années à venir, tout le Cameroun ne parle que le même langage sur le ngondo; de quoi s’en inquiéter.

La bible ne dit-elle pas en proverbes 11 :11 que : 

la ville s’élève par la bénédiction des hommes justes mais, elle est renversée par la bouche des méchants ?

Nous savons tous une chose, c’est qu’au Ngondo, ce n’est pas l’Eternel Dieu qui est invoqué, mais les ancêtres et les esprits des eaux, et cela avec la bénédiction de nos autorités.


Camfaith invite la communauté chrétienne a la prière pour les quelques points suivants :

  • La prise de conscience que toutes nos cultures et traditions n'honorent pas l’Eternel Dieu suivant 2 corinthiens 4 :4 ;
  • La révélation de Jésus-Christ comme seul Sauveur, et Seigneur à toux ceux là qui sont encore retenus captifs dans les        ténèbres du ngondo et de beaucoup d’autres traditions selon suivant Colossiens 1 :13 ;
  • Des conversions spectaculaires des chefs traditionnels avec destruction évidente des  talismans selon Actes 19 :19 ;
  • Que l'étendard de l'Eternel soit levé sur notre nation afin que l’église puisse entrer dans son rôle selon Ephésiens 3 :10.

 

Ce sont là quelques sujets de prière que devrait porter à cœur tout chrétien averti.

Le psalmiste s’interroge si bien en psaumes 11 :3 : quand les fondements sont renversés, le juste, que fera t-il ?

 

La rédaction de camfaith





A Lire aussi

La caravane Cameroun Jesus Tour enflamme Yaoundé
Jésus, tu es glorieux de Nabiy Athar, dèjà dans les bacs
La GBN honore ses auditeurs
Persuasion : le nouvel album de Divine favour déjà dans les bacs
Natacha La Gloire dédicace l'album
Balengou ou une jeunesse à gagner à Christ - Opération Ninive
Ecrire un article